Non classé


Introduction


La virtualisation est un ensemble de techniques qui permettent de faire fonctionner plusieurs systèmes d’exploitation sur une même machine physique. Avant la virtualisation, 80 % des serveurs d’un DATACENTER avaient un taux d’utilisation moyen inférieur à 10 %.

En prenant en considération l’avancée technologique ainsi que les préconisations Microsoft ou les distributions Linux (Un seul service ou une seule application sur un même système d’exploitation), il est primordial d’utiliser la virtualisation pour :

– Utiliser aux maximums nos ressources physiques
– Réduire le nombre de serveurs physique
– Gagner de la place dans nos salles serveur
– Réduire le temps et les coûts des maintenances matériels
– Réduire notre consommation électrique.

Exemple : Au lieu d’avoir 10 serveurs physiques en production avec un taux d’utilisation inférieur à 10%, nous avons 2 serveurs physiques hébergeant 10 Machines virtuelles (VM). Nos deux serveurs physiques auront un taux d’utilisation de 50%.

 

Avant la virtualisation


Nos serveurs physiques possèdent 4 ressources physiques :

– Espace Disque
– Mémoire RAM
– Processeur (CPU)
– Carte Réseau.

On va installer sur notre serveur notre système d’exploitation ainsi que les applications dont nous avons besoin (Service Active directory, Serveur antivirus, etc …)

Nous pouvons donc le schématiser comme ceci :

Avec la virtualisation


Nous avons vu que la virtualisation permet de supporter plusieurs machines virtuelles. Pour ce faire nous allons avoir besoin d’un hyperviseur.
Un hyperviseur est un système d’exploitation installé sur nos serveurs physiques. Ce système va accueillir et exécuter nos machines virtuelles (VM)
Il existe deux principaux systèmes de virtualisation :

– VmWare (ESX)
– Hyper-V

VmWare est le produit le plus utilisé au monde , nous parlerons donc que de celui-ci.

L’hyperviseur va fournir à chaque VM :

– un pourcentage de sa capacité :

– CPU
– RAM
– Stockage

– un accès réseau

Si nous avons 10 VM sur notre serveur physique, nous n’allons pas fournir un port réseau pour chaque VM, mais nous allons lui fournir une interface physique virtuelle raccordée à un vSwitch (Switch virtuelle).

Ce vSwitch est capable de faire du taggage Vlan. Il faudra lié une ou plusieurs interfaces réseau physiques avec un vSwitch

si nous décidons de faire du marquage Vlan au niveau du vSwitch , il faudra donc mettre en place une liaison Trunk entre notre serveur physique et notre switch physique afin que le marquage vlan fait par le vSwitch soit conservé dans notre réseau d’infrastructure.

Haute disponibilité


Nous avons vu comment nos serveurs physiques exécutent nos VM.
Si notre serveur physique subit une panne. Toutes les VM hébergées par ce dernier ne seront plus exécutées.
Pour éviter ce cas de figure, nous allons mettre tous nos serveurs physiques dans un même Cluster.
Un cluster est un groupe de travail. Tous les membres d’un cluster doivent être exactement identiques.
Lorsqu’un serveur physique subit une panne, les autres membres du cluster vont récupérer les VM supportés par ce dernier et les exécuter en attendant qu’il redevienne disponible.
Pour faire ceci, il faut que les VM ne soient pas stockés sur notre serveur physique, mais sur une baie de disque. Comme ça , chaque serveur peut exécuter n’importe quel VM.
Pour gérer des cluster , il faut le produit vCenter.

Lexique VmWare


 

– ESX : Système d’exploitation installé sur nos serveurs physiques. Ce système va accueillir et exécuter nos machines virtuelles (VM)

– vSphere Client : Permets de créer, administrer et superviser nos machines virtuelles. Cette application va se connecter sur un ESX ou sur un vCenter Server.

– vCenter Server : Permet d’administrer de façon centralisée nos ESX. Ce service Windows est installé sur une VM dédiée.

– vMotion : Permets de déplacer d’un ESX à un autre une VM en fonctionnement sans arrêt de service.

– HA (High Availability) : Cette fonctionnalité permet de redémarrer une VM sur d’autres ESX appartenant au même cluster en cas d’une mise hors tension non programmée d’un ESX. Ce redémarrage engendre un arrêt de production, le temps que la VM redémarre.

– DRS : (Distributed Resource Sheduler) : Cette fonctionnalité permet de déplacer automatiquement des VM entre ESX (via vMotion) afin de faire une répartition de charge entre serveurs physiques.

– FT (Fault Tolerance) : Cette tolérance de panne permet d’exécuter une VM sur 2 serveurs physiques différents. Cette VM est exécutée deux fois : (Une VM primaire et une VM secondaire, cette deuxième VM est la copie conforme de la première) En cas ou le serveur hôte de la VM primaire tombe en panne, la VM secondaire reprend le rôle de cette VM de façon totalement transparente sans perte de données ni arrête de service.

 

En espérant que cet article vous a été utile ! N’hésitez pas à me la faire savoir !!
Ce site possède d’autres articles réseau, profitez-en pour naviguer dans la barre de menu !

 

FingerInTheNet.com

 

 

 

 

Expert Réseau
11 ans d’expérience
CCNP Routing and Switching
Fondateur de FingerInTheNet

1 commentaire
  • kayoumt
    Répondre

    Félicitations ! Pour une introduction à la virtualisation, c’est excellent.

    Ça serait bien que tu développes un peu plus les fonctionnalités « réseautique » de la virtualisation.

    1 – Préciser qu’un serveur ESX peut avoir 1 ou plusieurs NICs (Carte réseau).

    2 – Préciser qu’une VM peut avoir 1 ou plusieurs NICs (vNICs).

    3 – Si possible, montrer la configuration de Vlans sur une vSwitch.

    4 – Si possible, montrer la configuration de lien Trunk entre 2 vSwitchs situés dans 2 serveurs ESX différents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + dix-neuf =

%d blogueurs aiment cette page :